Exemple de résultats d'intervention

Voici des exemples de missions de sauvetages d'entreprises réalisés par notre cabinet spécialisé.
Parfois des entrepreneurs baissent les bras , pour ne pas qu’ils échouent nous les aidons à rebondir

Exemple d’une boulangerie


Une difficulté à surmonter, un problème de gestion d’entreprise, des travaux dans votre rue, le Cabinet Cere apporte des solutions mais il est indispensable de ne pas attendre le dernier moment pour consulter. Aujourd’hui, c’est Estelle et Bruno qui remercient Monsieur Gelly.

 

La Boulangerie-pâtisserie d'Estelle et Bruno Derville à Cahors

 

LA TRIBUNE DES MÉTIERS : vous êtes boulanger pâtissier à Cahors, vous tenez ce commerce depuis combien d'années ?

Époux Derville : c’est une boulangerie pâtisserie que nous avons acquise en avril 1997, et qui a fonctionné correctement jusqu'aux premières difficultés en 2015.

LATDM : quelles ont été les causes de vos difficultés ?

ED : durant cinq ans, nous avons subi des travaux d'enfouissement de réseaux et l'ensemble des voies de communication, dont l’avenue Henri Martin ont été totalement fermées à la circulation, rendant même pour les piétons un accès difficiles à notre commerce. Cette situation est d'autant plus compliquée, que nous avions préalablement investi dans la rénovation d'autres magasins. Malgré un travail intense sans prendre de vacances, nous nous sommes retrouvés dans une situation financière catastrophique. Contrairement à ce que nous aurions pu espérer, notre banque nous a plutôt enfoncé qu'autre chose, notre cabinet comptable nous a totalement délaissé, et nous nous retrouvions dans une solitude totale. Notre endettement était devenu tel, que la liquidation judiciaire était la seule issue, alors, comble de l'ironie, que les travaux se terminaient.

LATDM : c’est dans ces conditions que vous avez rencontré Monsieur GELLY l’expert du cabinet CERE ?

ED : oui, mais sans trop d'espoir de quelques solutions que ce soient, sinon que nous confirmer la fin de notre aventure.

LATDM : or, aujourd'hui vous affichez un grand sourire et tous vos soucis semblent être terminés, pouvez-vous m'expliquer ce qui s'est passé ?

ED : dès notre première rencontre, il y a de cela 18 mois Monsieur Gelly a eu une analyse, froide, précise, mais lucide, de notre situation. Il nous a proposé les différentes solutions qui s'offraient à nous, une étude prévisionnelle lui a permis de nous fixer les objectifs à atteindre. Pour ne plus être harcelé par les créanciers et huissiers qui souhaitaient saisir nos biens, et réduisaient notre trésorerie à néant par des avis à tiers détenteur, M. Gelly nous a conseillé de présenter un plan de redressement au tribunal de commerce. Pour ce faire, c'est Mr Gelly lui-même qui a constitué le dossier d'un projet économique, qu'il a défendu auprès du tribunal de commerce. Il a pu obtenir une première période d’observation, nous avons pu apprécier son accompagnement et sa présence à chacune des convocations auprès des juges et audiences qu'il avait préalablement préparé. C'est d'ailleurs à l'occasion de la fin de la première période d'observation, alors que notre cabinet comptable établissait une situation négative, que M. GELLY a mis en évidence une grave erreur de calcul comptable, qui aurait pu conduire à une liquidation. Son expérience et son analyse financière ont permis de démontrer que la situation était positive. Ainsi, un rectificatif par le cabinet comptable reconnaissant son erreur a pu être fourni. Durant la deuxième période d'observation, nous avons subi un braquage, et un incendie, nous empêchant de travailler quelques temps. Exceptionnellement, M. Gelly a pu obtenir du tribunal une prolongation des périodes d'observation. Dernièrement, il a présenté un projet d'apurement de passif, accepté par l'ensemble des créanciers et entériné par le tribunal de commerce. M. GELLY, je l'appelle familièrement notre sauveur, car, sans cette rencontre, nous aurions déposé notre bilan, et aurions perdu l'ensemble de nos biens. Le cabinet CERE est une référence pour les petites entreprises comme la nôtre et la disponibilité de Monsieur GELLY à répondre à la moindre de nos sollicitations est très réconfortante

Maintenant, nous pouvons travailler sereinement.

 

Interview de la boulangerie par La Tribune des Métiers

Visitez maintenant le site web du Cabinet Cere !

Restructuration d’une pharmacie en difficulté en 2011 / 2014


Résumé de la situation initiale :

  • Un chiffre d’affaires de 1 306 576 €
  • Un passif de 1 245 962 €
  • Des résultats financiers de -29 876 €
  • De faibles marges à hauteur de 20 %

Les causes du passif :

  • Erreur du cabinet comptable entrainant un rappel d’urssaf de 70.000 € irrécupérable, suite à des dépassements de délais
  • Prise en otage financier depuis plusieurs années par un fournisseur laissant les encours financiers aller jusqu’à 833.000 €
  • Volte face du fournisseur qui exige le paiement immédiat et ajoute des taux d’intérêts de 10% par an depuis 2008
  • Nouvelle charge annuelle de 60.000 € imposée par l’inspection des services pharmaceutiques au regard d’un déséquilibre CHIFFRE D’AFFAIRE / PERSONNEL
  • Refus des banques à toutes interventions

L’officine explose sous les frais financiers, les agios fournisseurs.

L’exploitant m’a suivi dans mon analyse et recommandations.

J’ai préparé un plan de restructuration qui a été présenté au tribunal de commerce

  • A chaque période d’observation les résultats étaient en amélioration
  • Nous avons pu faire réduire les créances à 1017 962 €
  • Grâce à mon action, ce sont 228 000 € que l’officine n’a plus à payer.

En janvier 2013, nous avons fait adopter un plan de continuation avec :

  • Un chiffre d’affaires sur 10 mois à 946.120 €
  • Une marge brute de 27.96%
  • Un résultat d’exploitation de 139 870 €
  • Le bilan 2013 fait état de 1.233.449 €
  • Un resultat de 221.820 €

Le seul regret de ce client, est de ne pas m’avoir écouté 1 an plus tôt.

Enfin dernièrement en 2014, nous avons pu lui obtenir un financement.

 

 

Ce qui coûte cher dans une entreprise individuelle, ce n’est pas le conseil, mais l’absence de conseils.

Exemple d’un commerce


Activité : commerce sur les marchés de vente de chaussures.

  • En 2006, chiffre d’affaires 167.806 €.
  • Marge commerciale 29.53 %.
  • Résultat – 4597 €.

Causes historiques :

  • Cette petite entreprise avait été rachetée en 2001.
  • Lors de notre rencontre en octobre 2006, cet artisan avait commis quelques erreurs de gestion ayant entrainé d’une part des problèmes de trésorerie mais aussi une perte de capitaux propres, générant un passif de 157.293 €.
  • Impossible dans cette situation d’obtenir de financement aux entreprises.
  • Notre analyse financière du bilan a confirmé la mauvaise gestion de la trésorerie, due à un manque de suivi et à un manque d’outil adéquat.

Une action de restructuration interne pouvait être la réponse aux difficultés, proposition rapidement acceptée par cet entrepreneur.

A la fin de l’exercice 2007 soit, 12 mois plus tard, la situation était la suivante, et ce, malgré la baisse du chiffre de – 25.23 % du à l’été pourri de 2007.

  • Chiffre d’affaires 124.968 €.
  • Marge commerciale 46.25 %.
  • Soit une augmentation de 16.65%
  • Représentant un résultat de + 18.752 €
  • Et une amélioration de 23.349 € et un retour des fonds propres

Ces résultats positifs démontrent que la focalisation unique sur le chiffre d’affaires ne suffit pas.

  • Certes d’une part, la marge commerciale, les charges fixes peuvent être retravaillées, comme les charges variables.
  • Mais d’autre part, la gestion d’une entreprise nécessite d’appliquer une méthode de suivi régulier, ce qui n’est pas une préoccupation spontanée du professionnel indépendant.
  • Leur mise en place a, dans ce cas précis, permis de répondre aux besoins en trésorerie pour une entreprise en difficulté financière.

Ce qui coûte cher dans une entreprise individuelle, ce n’est pas le conseil, mais l’absence de conseils.

Contactez nous au 06 07 54 95 56 ou cliquez !

Entreprise du bâtiment


Rencontre d’un Artisan en difficulté

  • Chiffre d’affaire de 204.000 €
  • Perte de 8.325 €
  • Un passif de 90.500 €

Les exploitants ont tout vécu : passage d’huissier, saisies, comptes bloqués, rupture des prêts, suppression de découverts bancaire, risques d’expulsion, etc… bref, le cas typique de la petite entreprise en cessation de paiement.

Ne pouvant pas obtenir eux même de financement aux entreprises, c’est sans grande illusion qu’ils m’ont contacté pour savoir ce qui était encore possible de faire.

Après avoir convenu ensemble des actions et fait le suivi mois par mois, le premier trimestre faisait ressortir un chiffre d’affaires de 63.981 € avec un bénéfice de 10.418 €

A la fin de l’exercice fiscal suivant, sans aucun nouvel endettement, l’entreprise s’est stabilisée à un chiffre d’affaires de 246.000 €, et une amélioration des fonds propres pour un bénéfice de 31.772 € évitant ainsi la liquidation judiciaire.

LA MEME ENTREPRISE CINQ ANS PLUS TARD.

  • CHIFFRE D’AFFAIRES 278.673 €.
  • RESULTAT 37.906 €.
  • PASSIF REDUIT A 20.040 €.

contactez nous !

Ce que nous avons pu mettre en oeuvre dans ces exemples peut probablement aussi être fait pour votre entreprise.